En mon esprit la nuit. Episode 30.

Sabine Chaouche

Soundtrack: Evanescence, Bring Me To Life; Sade, Kiss Of Life

– Allez. Avance.
– Ne fais pas l’idiot… Embrasse-moi encore. Une dernière fois. Je t’aime… Je t’aime… Je t’aime… Oups je vais tom… Tu vois ? J’ai failli tomber… Prends-moi dans tes bras… Tu sais quoi ? Tout. Oui tout. Tu es tout pour moi. Tout le reste du monde… Être avec toi c’est tout ce qui compte. Ah ! je glisse… Souris-moi. C’est si bon quand… Tiens, tu les vois toutes ces bulles de savon ? Oh, elles éclatent… Petites toutes petites bulles. Pétillantes. Petites bulles… Partout. T’as vu elles brillent… C’est le cosmos ? tu… Jolies bulles de lumières… Et cette mousse… Suave. Pétillante. Elle crépite… ça monte... les belles bulles… Tu entends ?… Mais qu’est-ce que… Ne pars pas. Pas maintenant… Ne pars pas… Ne pars pas… Ne me fais pas pleurer encore une fois… non… non… je t’en supplie. Arrête de me regarder comme ça… Qu’est-ce que j’ai… Je n’ai rien fait… rien fait de mal… Mais, qu’est-ce que tu fais… Arrête… Arrête. ARRÊTE !… Adrien ! Viens. Viens… J’ai envie de toi… Viens bon sang ! Juste une dernière fois. Ne me serre pas trop fort… Oh Adrien je t’aime… Pas si vite. Ça tourne… qu’est-ce que… t’as vu ? la ville pleure… toute liquide… Heureusement que… Le bitume aussi ? Mais qu’est-ce qu’il fait là le black jamaïcain… je… je ne comp…… plus, plus ce qui… qu’est-ce qui… Garder le contrôle ? Parler ? Oui parler. Qu’est-ce qu’elles foutent là les bagnoles… Adrien ! qu’est-ce que c’est que… Là. Tu vois ? Ah non pas le black, pas le black, pas lui… il va me… Arrête ! stop… stop… Ne déconne… pas ! Adrien ! je t’en supplie… mal à la tête…Je ne le sens plus... mon bébé MON BEBE… J’ai mal… /


Je me suis réveillée entourée de blanc.
Plafonds blancs.
Murs blancs.
Lumière crue.
Adrien endormi à côté sur une chaise.
Qu’est-ce que je foutais à l’hosto ? J’ai essayé de me rappeler.
Rien d’abord.
Puis des flashs. Sans liens. Se scratchant à ma mémoire.
Adrien m’embrassant, les gens dans l’appart’ bougeant s’éclatant, enlacés en train de danser, Adrien criant, la rue, le froid, pluie battante hachurant les lumières, des mecs gesticulant le type s’empoignant avec Adrien, des vitres, une bagnole, les gros yeux d’un black.
J’avais un goutte-à-goutte scotché au bras gauche, une douleur lancinante continue à la tête, le corps endolori, comme tabassé, la nausée, la bouche sèche. Je suis restée là quelques minutes, à moitié dans le cirage, avant que je n’y pense. Soudain affolée j’ai touché mon ventre. Adrien s’est réveillé, giclant du fauteuil, il s’est penché vers moi, s’appuyant contre le lit.
– Tu sais que t’es vraiment une salope. Tu m’as foutu une belle trouille…
– Mais qu’est-ce qui s’est passé ?
Baissant les yeux et me prenant la main.
– Ton verre… Le trip de Seb de foutre des trucs dans les verres des filles, j’avais bien vu qu’il te tournait autour…
– Et le… ?
Rassurant il a poursuivi,
– Hors de danger.
J’ai poussé un soupir de soulagement.
– C’est toi qui m’a amenée ici ?
Il a levé les yeux,
– Ouais, tu vois, comme d’hab’, toujours là pour te sortir d’embrouilles.
– Mais t’étais bourré hier…
Il a éclaté de rire.
– Qui ? Moi ? T’es folle ! Il m’en faut beaucoup plus pour être bourré ! L’endurance, tu vois ?
– Merci, t’as vraiment assuré cette nuit.
– Pas de quoi…
Tout à coup il est devenu tout timide, petits rires gênés.
– …Et alors ? Tu…… tu le gardes ou pas ?
– Et toi, qu’est-ce que tu as envie ?
– Euh… Faut voir.
– Faut voir ?
– Je sais pas c’est toi qui choisis, je peux pas t’empêcher de faire ce que tu veux, t’es une vraie tête de mule, et de toutes manières au final, tu fais toujours ce que t’as envie.
– Mais toi, qu’est-ce que tu voudrais réellement ?
Il s’est passé la main dans les cheveux, a regardé droit devant lui, s’ébouriffant, en direction de la fenêtre, il a froncé les sourcils.
– Ouais… pourquoi pas… enfin je sais pas… faut que je réfléchisse…
– Tu vois, hier j’étais venu dire que je le gardais.
– Ah.
– Ça te gêne ?
Me tripotant les mains en les fixant,
– Heu… Non… en fait non… enfin… pas tant que ça.
– Tu appréhendes ?
– Ouais… un peu je sais pas si… je sais pas si je suis un mec bien... Être père c’est pas simple. Ça me fout un peu les jetons tu vois… Les responsabilités, et tout…
– Moi c’est pareil. Mais bon il faut bien se lancer de temps en temps. J’ai même décidé te garder dans ma vie, enfin, si tu veux bien. Tu vois, faut croire que je suis un peu maso…
Il s’est marré.
– C’est clair !
Je lui ai donné de petites tapes sur la tête.
– Et mais dis donc, te moque pas de moi…
Tentant de se dégager et s’esclaffant,
– Quand je te dis que t’es barge !… arrête ! oh… t’es dingue ! hé ! mais tu vas voir… /
J’ai vu le toubib. Il m’a dit que j’avais eu bien de la chance. Que je devais faire attention. Plus de dérapages de ce genre sans mettre en danger la vie de bébé. Être clean. Et même super clean.

Après être sortie de l’hosto, j’ai annoncé la bonne nouvelle au Hype. Tout le monde a été scié. J’ai téléphoné à ma doctoresse et je lui ai finalement dit qu’on allait se voir pendant plusieurs mois de suite, qu’elle allait devoir surveiller ma petite crevette. ―
Et Lili dans tout ça ?
Toujours rien.
Inquiète, vraiment inquiète. ―
Adrien a eu son exam. On l’a fêté au Champomi. Il allait passer des castings maintenant, peut-être écrire un scénario, ou pourquoi pas se lancer dans le one-man show, la comédie stand-up, mais question thune ça serait dur pendant un moment. Je voulais qu’il arrête de trafiquer. La dope j’en avais ma dose, je ne voulais plus en entendre parler. D’autant que le fameux Seb s’étant embrouillé avec lui, dealer devenait chaud, l’autre méditant une petite vengeance perso. J’aurais préféré qu’il se trouve un petit boulot pépère, mais Adrien n’était pas du genre à aller pointer ni même à supporter les ordres. Donc le laisser faire et prier pour que personne ne le balance. J’avais encore pour quelque temps mon taf. Mieux valait se faire de la thune avant qu’il ne soit trop tard. Il en faudrait bien pour élever le gosse. /


(c) S. Chaouche/TFM